Les Acquisitions cinéma chez Canal +

Classé dans : Actu du Master | 6

Le Master Pro « Cinéma, Télévision et Nouveaux Médias » a eu l’honneur de recevoir vendredi 11 janvier Nicolas Dumont, Responsable des Acquisitions Cinéma Français chez Canal + depuis 2010.

Diplômé de HEC et titulaire du DESS de Droit & Administration de la Communication Audiovisuelle de Paris I, Nicolas Dumont a débuté sa carrière en tant qu’Analyste Financier des projets audiovisuels chez BNP Paribas. Après un passage au Cahiers du Cinéma en tant que Chargé du Développement Internet, puis chez M6 comme Conseiller Artistique, il rejoint en 2002 la société de production de Jacques Perrin, Galatée Films. Nicolas Dumont y est d’abord Directeur de Production (“La vie comme elle va“, sorti en salle en 2004), puis Producteur sur les films “Tabarly” (2008) et “L’empire du milieu du sud“.

Après une brève présentation du groupe Canal +, Nicolas Dumont est revenu sur le système de fonctionnement des acquisitions cinéma de la chaine cryptée et sur les obligations de préachat des films : 12,5 % du CA doit en effet être investi dans les films de cinéma européen, dont 9,5 % dans le cinéma français. C’est donc environ 120 films français qui sont pré-achetés par an par Canal +, pour une diffusion dix mois après la sortie en salles du film, et jusqu’à 12 mois ensuite.

En outre, Nicolas Dumont a rappelé que Canal + soutient également la production indépendante, à travers la diversité des projets. La chaine s’est engagée à ce que, d’une part, au moins 80 % du montant de son obligation d’acquisition d’œuvres d’expression originale française soient consacrés à des préachats et, d’autre part, au moins 17 % de ce même montant concernent des films dont le devis est inférieur ou égal à 4 M€.

Parmi les quelque 600 scenarii qui sont envoyés chaque année, le service des acquisitions doit donc opérer une sélection difficile pour en sortir les projets les plus prometteurs, tant du point de vue artistique que financier.

Nicolas Dumont a par la suite répondu à nos questions avec beaucoup de passion et de bonne humeur. Nous avons pu échanger longuement avec lui sur les critères de sélection de scenario, sur les nouveaux enjeux de la chaine et le cinéma français en particulier.

Un grand merci à lui pour cette intervention !

Diane Noesser