Films et séries venus du froid : écrire, adapter, produire le modèle scandinave

Classé dans : Actu du Master | 5

Le mercredi 27 mars et le jeudi 28 mars dernier, Jérôme Chouraqui (Président du médiaclub, Directeur Général  de The Media Faculty) et François Garçon (Directeur du Master 2 Pro « Cinéma, télévision, nouveaux médias ») nous ont ouvert les portes de l’auditorium de l’INHA (Institut National de l’Histoire de l’Art) dans la Galerie Colbert pour accueillir la « Masterclass  Sur les films et séries venus du froid ». Les plus grands noms de la Fiction Scandinave ont fait l’honneur de leur présence : qu’ils soient producteurs, showrunners, créateurs ou scénaristes. Ces dernières années, l’Europe du Nord a fait parler d’elle grâce à des écrivains et des scénaristes efficaces, capables de créer des séries de qualité et à succès. Aussi les participants étaient nombreux, avides de comprendre les raisons d’un tel succès.

Pour le premier jour, Jérôme Chouraqui et François Garçon ont introduit la masterclass avant de laisser la place au scénariste et auteur Jean-Marc Auclair.  Prenant en main l’évènement, il a accroché l’intérêt du public tout au long de la journée en le conduisant sur une multitude de thématiques.  A ce propos, vous trouverez un portrait de chacun des intervenants à la fin de l’article.

Dans un premier temps, c’est Ingolf Gabold, producteur chez Eyeworks, ancien directeur de la fiction de la chaîne danoise DR TV qui s’est exprimé.

Donnant son point de vue sur les éléments nécessaires à une bonne série télévisée, il a fait part de ce qu’il appelle « une vision unique » : une série doit être avant tout conduite par un scénariste qui impose sa vision en coopération avec un producteur. Autre nécessité soulignée : la qualité du scénario qui se traduit par plusieurs niveaux d’exigences quant à l’imagination, la capacité analytique ou encore la connaissance des traditions. Il a également évoqué le processus de développement et la construction de l’équipe, primordial pour la réalisation d’une « bonne série » avant d’aboutir à la présentation du projet. Une série d’étapes explicitée de manière à comprendre dans quel cadre prennent forme les séries scandinaves, que nous avons d’ailleurs pu visionner pour certaines d’entre elles sous la forme d’extraits.

Alexandre Piel, Vice Président Senior en Ventes & Acquisitions chez Zodiak est ensuite revenu sur les chiffres de la production et la distribution scandinave, permettant de dissocier les différents marchés, d’en comprendre les enjeux à travers la part de la fiction chez chacun d’eux.

IMG_7670

Anna Bjornstad, Sara Heldt, Adam Price et Jean-Marc Auclair

L’étape de l’écriture et du développement a suscité de nombreuses interventions. Adam Price (auteur, scénariste et showrunner de la série Borgen),  Jeppe Gram (showrunner, scénariste de Borgen), Anna Bjornstad (scénariste de Lilyhammer) ou encore Sara Heldt (scénariste de Death of a pilgrim) ont fait part de leur expérience en la matière. Que ce soit la manière dont leur est venue l’inspiration, les idées à développer, chacun a pu dévoiler sa méthode de travail au travers des séries The Killing, Borgen ou encore Lilyhammer.

Et c’est plus particulièrement sur l’écriture de The Killing qu’Ingolf Gabold  – son producteur – a choisi de s’arrêter. Il faut bien être conscient d’une chose : à travers une fiction, c’est tout un contexte, une histoire et des traditions qui surgissent. C’était l’occasion de nous le démontrer par le biais de cette fiction qui a connu un franc succès.

La série Borgen a eu le droit à une autopsie de la part de son showrunner  Adam Price, et d’un de ses scénaristes, Jeppe Gram. Avant toute chose, Adam est revenu sur la notion de showrunner et sur le rôle qu’il joue quotidiennement. Intervenant dans toutes les décisions créatives, il dirige une équipe de scénaristes, il choisit les réalisateurs, les acteurs, la musique, le son. Une présence affirmée à tous les niveaux de la création artistique afin de conserver une image cohérente tout au long de la série.

Avec Jeppe, ils ont ensuite déconstruit la série Borgen, précisant des points clés tels que le caractère bouclé de chaque épisode, la priorité des personnages dans la conduite de la narration,  l’importance des trois personnages principaux qui forment la colonne vertébrale de la démocratie. Ils se sont chargés d’expliquer au public la manière dont la série avait été construite. Que ce soit ses inspirations (The West wing), le rythme de travail, le choix de femmes pour deux des trois personnages principaux.

Borgen, c’est avant tout une réponse lancée à l’accusation danoise selon laquelle la génération actuelle serait dans ce pays une génération de consommateurs apolitiques. Borgen est une ambition autour de la démocratie.

D’autre part, la présentation s’est accompagnée d’une explication plus technique sur le processus d’écriture – depuis la storyline, le traitement jusqu’aux différents jets pour finalement arriver au tournage – ainsi que l’explication du processus de production. Un éclaircissement qui a permis au public de nourrir sa réflexion sur la naissance d’une série depuis une idée de départ, tout en passant par des phases plus concrètes, plus techniques, permettant d’aboutir au succès.

Après le déjeuner, la master class s’est orientée sur le thème des équipes d’écriture, les « writing team » dans les pays scandinaves. Des approches différentes donc que nous ont livrées Adam Price, Jeppe Gram, Anna Bjornstad et Sara Heldt. La nécessité de la présence d’un showrunner par exemple a été débattue entre les intervenants. C’est surtout des modèles différents qui

Le public a eu le droit à la projection d’extraits de deux séries : Death of a Pilgrim et Lilyhammer, respectivement suédoise et norvégienne.

Death of a Pilgrim est un thriller politique adapté d’une nouvelle de David Dickinson. Adapté et diffusé en début d’année sur la chaîne suédoise SVT, le succès a été fulgurant. Sarah Heldt, scénariste, a fait part de son expérience dans l’écriture de cette série.

Anne Bjornstad, co-créatrice et co-scénariste de la série Lilyhammer a également présenté sa dernière création au public. Cette « dramedy » (comédie dramatique) raconte l’histoire d’un patron de la mafia new yorkaise – joué par Steven Van Zandt – qui se réfugie dans la petite ville de Lilyhammer pour suivre un programme de protection des témoins.  Concept, développement, écriture : là encore, le témoignage a été riche d’enseignement et d’intérêt.

Cette première journée s’est achevée sur un constat : la richesse littéraire des pays scandinaves. En effet, que  ce soit pour le  cinéma ou pour la télévision, les auteurs de romans à succès ont souvent vu leurs œuvres adaptées sous forme de fiction télévisée ou cinématographique.

La seconde journée de la masterclass a été animée par David Jenkinson, Rédacteur en Chef et Directeur général de C21 Media.

La matinée a eu pour thème la coproduction scandinave à travers un exemple à succès, la série The bridge. La série débute au milieu d’un pont, à la frontière entre la Suède et le Danemark. Le corps d’une femme assassinée est retrouvé. Mais tout se complique lorsque les polices suédoise et danoise se rendent compte qu’il s’agit de deux corps différents rassemblés en un seul.

On l’aura compris, la coproduction est ici suèdo-danoise. C’était l’occasion de revenir sur une confrontation entre modèle scandinaves différents, malgré la proximité des deux pays. A titre d’exemple, la place occupée par le scénariste. Si au Danemark, l’auteur scénariste est écouté au détriment du réalisateur, c’est tout le contraire chez leurs voisins suédois. Autre exemple, les mentalités. Les suédois se basent sur le consensus là où les danois aiment repousser un peu plus les limites, aller de l’avant et tenter d’obtenir davantage. Deux exemples parmi d’autres qui montrent combien des traditions qui diffèrent soulèvent des difficultés d’adaptation dans une coproduction.

Quoiqu’il en soit, The Bridge a conquis un large public, se vendant dans près de 57 pays. Des remakes sont même prévus puisqu’un premier devrait être réalisé entre la France et la Grande-Bretagne, un autre entre le Mexique et les Etats-Unis, ou encore entre l’Ukraine et la Russie.

Les producteurs Lars Blomgren (Filmlance AB) et Maria Nordenberg (SVT) ont repris le thème de la coproduction en étayant sur des questions d’ordre plus générales : comment convaincre les producteurs et les diffuseurs d’entrer en coproduction, quelles méthodes utiliser pour développer les coproductions avec les pays étrangers ou encore tenter d’analyser les succès rencontrés et de les expliquer.

De toute évidence, c’est avec le succès de certaines des séries déjà citées que les pays scandinaves ont réussi à faire parler d’eux et à exporter leur modèle au-delà de l’Europe du Nord. Pour l’illustrer, l’auditorium a pu apprécier deux extraits similaires de la série The Killing: une première version danoise, une seconde version américaine. Un moyen de comparer la direction artistique qui n’a laissé que peu de doute dans la salle sur la supériorité de la version venue du froid. Au-delà de cette question, cela prouve bien que ce sont des séries qui intéressent et qui peu à peu se font connaître hors des frontières de l’Europe du Nord.

L’ensemble des intervenants s’est enfin réuni pour parler d’avenir. Un avenir qui semble prometteur tant le succès actuel du modèle nordique est apparent et attise la curiosité de la profession. C’est sur un ton optimiste que le public a terminé la masterclass, ravi des interventions qui ont ponctué ces deux jours.

Un grand merci encore à toute l’équipe: Jérôme Chouraqui et François Garçon, Sylvie Braun, Anne-Laure Santonastasi , Yassia Fekir, El mehdi Boutaleb, Jean-Sébastien Fernandez et Augustin Amri.

Les intervenants

JEAN-MARC AUCLAIR / Auteur, Scénariste

Jean-Marc Auclair est un scénariste et romancier français. Vendeur de films tout d’abord chez le producteur Yves Rousset-Rouard, il est ensuite devenu producteur exécutif chez Monique Arnaud (Chrysalide Films). Scénariste depuis 1996, il écrit annuellement près de 65 heures de fiction française pour les diffuseurs. En 2005, il publie un roman d’anticipation intitulé Les rivages de lumière.  En 2008, il développe avec Thierry Lassalle puis Marie-Luce David la série 52’ Mes amis, mes amours, mes emmerdes pour TF1. Il en est actuellement à la quatrième saison.

 

ANNE BJORNSTAD / Scénariste et producteur, Rubicon TV

Co-créatrice et co-scénariste de Lilyhammer qui a été vendue à près de 130 pays, elle est une spécialiste de la comédie. Elle écrit et produit depuis une dizaine d’années les comédies les plus populaires de Norvège. En 2004, elle a reçu la « Norwegian Comedy Award for Outstanding Achievement ».

LARS BLOMGREN / Directeur general et Producteur, Filmlance Internationa AB

L’un des producteurs les plus réputés en Suède et en Europe du Nord, il dirige la société Filmlance International AB. Il a produit des longs métrages et des séries TV parmi lesquelles la série The Bridge.  Cette dernière, rappelons-le, est en cours d’adaptation entre la France et la Grande-Bretagne ou encore entre le Mexique et les Etats-Unis.

 

DAVID JENKINSON / Rédacteur en chef et Directeur général de C21 Media

Journaliste multi-primé pour son travail et spécialiste des nouvelles technologies, il est également éditeur multi-support. Il a occupé des fonctions éditoriales de haut niveau chez Haymarket, International Thomson, EMPA et Cahner’s Moving Picture International. David a été rédacteur en chef de Moving Picture International et a dirigé le magazine TV World du groupe EMAP, gagnant le prestigieux « PPPA International Business Magazine of the Year Award » en 1993. En 1997, il crée C21Media, l’une des premières publications sur internet dans le monde, qui s’est positionnée au cœur de la révolution numérique.

INGOLF GABOLD / Producteur, Eyeworks

A l’origine musicien, il  a composé des œuvres pour chœur et orchestre dans les années 60-70, notamment des opéras pour la télévision ou la radio. Autour de la quarantaine, il se met à enseigner la dramaturgie et la narration au sein de la télévision publique danoise. En 1989, il rejoint une société en tant que Directeur des programmes et occupe bientôt les mêmes fonctions au sein de DER TV en 1991. Il devient finalement freelance pour travailler sur des projets personnels. Il est rappelé en 1999 par DR comme Directeur de la fiction. Ses programmes sont récompensés au niveau international et notamment par un Emmy pour The Protectors (2009), le Prix Italia pour Borgen (2011), le BAFTA pout The Killing (2011) et Borgen (2012). AU printemps 2012, il quitte la télévision publique pour devenir producteur chez Eyeworks Scandinavia à Copenhague.

 

JEPPE GRAM / Scénariste et showrunner

Consultant sur des séries de fiction pour la chaine danoise TV2 où il gérait les acquisitions des séries internationales et était commissionné pour les séries suédoises, il a ensuite suivi les cours de la National Danish Film School. « Chassé » par la télévision durant ses études pour écrire trois épisodes d’une série dramatique intitulée Sommer (2008-2009), il a connu le taux d’audience le plus élevé depuis les vingt dernières années. Il a récemment travaillé sur Borgen en développant la bible et en écrivant 10 des 20 épisodes des deux saisons. Succès international, la série a été récompensée par le Prix Italia, le FIPA d’OR et le BAFTA award.

SARA HELDT / Scénariste

Elle est l’une des scénaristes les plus réputées de Suède. Ecrivant séries dramatiques, thrillers et films pour la télévision et programmes pour enfants. Elle enseigne aussi l’écriture de scénarios en Suède et en Norvège. Sara a récemment écrit deux séries policières, OD et Sandhamn Murders, ainsi que deux séries dramatiques. En 2011-2012, elle écrit en collaboration avec Johan Widerberg le thriller politique Death of a pilgrim.

MARIA NORDENBERG / Productrice SVT

Productrice de la télévision suédoise, elle a produit de nombreux films et séries dont la dernière est Death of a pilgrim.

ALEXANDRE PIEL / Vice Président Senior Ventes & Acquisitions – Bureau de Paris, Zodiak

En 2006, il rejoint Marathon Group via Télé Images International, avant que la société ne devienne Zodiak rights. Il a intégré la division distribution en tant que responsable des coproductions internationales. En 2001, il prend en charge le développement et les acquisitions ainsi que le marketing et le préfinancement des programmes documentaires et d’animation. Son périmètre s’élargit progressivement et atteint la fiction et les programmes jeunesse. En 2011, il devient directeur des Ventes et Acquisitions pour le bureau Zodiak de Paris. Tout récemment, depuis janvier 2013, il s’est vu confié parallèlement l’intégralité de la fiction et de la comédie.

 

ADAM PRICE / Auteur, scénariste et showrunner

Il est l’un des auteurs les plus prolifiques du Danemark. Adam écrit aussi bien des séries à succès que des chansons ou des revues culinaires. Entre 2001 et 2005, il a été le directeur de la fiction de TV2 et membre du Danish Short Film Board et du Committee for Talent Development au The Danish Film Institute. Créateur, showrunner et scénariste de Borgen, Adam est aussi cuisinier et membre de l’Académie de gastronomie danoise, et dirige le restaurant le plus célèbre de Copenhague.

Augustin Amri