[LES STAGES DE LA PROMO 2016] Quentin Pissot, Chargé de Développement chez Webedia Productions

Classé dans : Actu du Master | 0

STAGES – Les cours, projets et interventions ont pris fin, place au terrain ! Retrouvez chaque semaine sur ce blog le témoignage d’un étudiant de la promotion 2016 du Master 2 Pro Cinéma Télévision Nouveaux Médias pour en savoir plus sur son insertion professionnelle.

WEBEDIA

Bonjour Quentin, dans quelle société as-tu choisi d’effectuer ton stage ? Quels y sont ton rôle et tes missions ?
Je travaille chez Webedia Productions en tant que chargé de développement. Nous sommes une équipe de 3 créas et avons pour rôle de développer des concepts de vidéos à destination du web, que ce soit pour des youtubeurs ou du Brand Content pur.

Comment ta candidature s’est-elle déroulée ?
J’ai eu beaucoup de chance. J’ai rencontré quelqu’un de Webedia dans une soirée, on s’est rendu compte qu’on avait travaillé dans des boîtes concurrentes et on a sympathisé. Je lui ai parlé de mes projets et il m’a proposé de me mettre en contact avec Romain Cousi qui travaillait pour le pôle vidéo. On a pris un café ensemble et j’ai appris qu’il allait avoir besoin de staffing supplémentaire en janvier. Je lui ai laissé mon CV et il m’a rappelé 6 semaines plus tard.

Pourquoi ce secteur, et au sein de ce secteur pourquoi cette société ?
Le Web est un secteur qui me tient particulièrement à cœur. C’est un medium qui me fascine par son ouverture, sa constante évolution et ses promesses d’avenir.
Je suis convaincu qu’il représente un enjeu stratégique pour la production dans les années à venir : Canal, TF1, M6, Arte, Endemol, Makever,… de plus en plus d’acteurs majeurs se tournent vers le web. Nous, on est la première génération de travailleurs qui a grandi avec cette technologie. On passait des heures sur Youtube et Facebook avant que les professionnels ne s’y intéressent. J’ai donc décidé de miser sur cet avantage concurrentiel et d’axer mon profil sur ce support.
A partir de là, Webedia est devenu une évidence. En à peine 8 ans l’entreprise s’est imposée comme LE géant incontournable du web français : cinéma, people, jeux vidéos, gastronomie, voyage, et désormais youtube avec l’intégration récente de Mixicom.
Je pense que les prochaines évolutions du secteur passeront par Webedia, et je ne veux manquer ça pour rien au monde.

Était-ce ton vœu dès l’arrivée au Master, ou as-tu changé d’avis entre temps ? Pourquoi ?
Le Web était déjà ma volonté en arrivant dans ce Master, en revanche la volonté d’aller chez Webedia est venue en cours d’année, lorsque je me suis penché sur le marché pour discerner les acteurs qui m’intéressaient.

Quel retour d’expérience peux-tu nous faire à cette étape de ton stage ?
Cela fait tout juste un mois que je suis en poste, il ne s’agit donc que de conclusions provisoires, mais à date je suis épanoui. J’aime ce travail qui consiste à inventer les formats qui vont sortir dans les prochains mois, j’aime cette conviction d’être dans le feu de l’action, là où les changements sont en train de se faire, et par-dessus tout j’aime mon équipe. Je me lève chaque matin en me disant que je vais passer la journée avec des gens chouettes. C’est vraiment un luxe.

Quels enseignements et/ou interventions du M2 t’ont le plus apporté dans le cadre de ce stage ?
Le Master a été très formateur. J’ai gagné en professionnalisme et en savoir-faire et il est difficile de nommer un cours en particulier qui m’ait fait progresser là-dessus.
Pour ce qui est de se préparer à mon poste actuel, le vrai plus de la formation a sans conteste été le lien avec le Mediaclub. Que ce soit les formations thématiques qui m’ont permis de développer une vraie spécialisation sur le web, ou la possibilité de participer à d’importants forums comme TV 3.0 à Lille, chaque contact avec le Mediaclub a été très nettement bénéfique pour la suite de l’année.

Quels conseils donnerais-tu à un étudiant voulant exercer dans ce secteur ?
Il faut être curieux. Regarder tout ce qu’on peut regarder, participer à tout ce à quoi on peut participer. Je n’aurais jamais cru que passer des heures sur Youtube allait être un atout professionnel, pourtant aujourd’hui connaître les formats, talents, sujets qui cartonnent est indispensable dans ce métier… Tout ce que l’on peut emmagasiner est potentiellement utile, et c’est ce qui fait la différence à formation égale.

Qu’espères-tu voir/faire évoluer dans ce secteur les prochaines années, et comment ?
Le secteur dont on parle est tellement vaste, évolue tellement vite qu’il est difficile de répondre à cette question de façon exhaustive : droits d’auteur, big data, économie participative, … Il y a des millions de thématiques passionnantes et c’est ce qui en fait tout l’intérêt à mes yeux.
Le web est un espace fascinant. Pour la première fois on a support où le public crée et plébiscite ses propres talents. C’est un vivier d’idées incroyable où chacun a la liberté de créer ce qu’il veut sans contraintes de parties prenantes externes.
Aujourd’hui, de plus en plus d’acteurs économiques investissent dans ce support : des marques, des sociétés de production, etc. Je trouve cela très bien, c’est important de mettre en place des systèmes économiques rentables pour que les créateurs puissent vivre de leur talent. Mais je pense qu’il est important de se préserver un espace de créativité « en roue libre » pour que le web reste l’outil de création démocratique qu’il doit être. C’est pour cette raison que je travaille actuellement sur Le Boxon, un projet de plateforme que je vous invite à suivre : https://www.facebook.com/LeBoxonOfficiel/

Merci Quentin ! 

À la semaine prochaine pour une nouvelle interview !