[LES STAGES DE LA PROMO 2016] Livia Giammaria, Chargée de Développement chez Point du Jour

Classé dans : Actu du Master | 0

STAGES – Les cours, projets et interventions ont pris fin, place au terrain ! Retrouvez chaque semaine sur ce blog le témoignage d’un étudiant de la promotion 2016 du Master 2 Pro Cinéma Télévision Nouveaux Médias pour en savoir plus sur son insertion professionnelle.

pdj

Bonjour Livia, dans quelle société as-tu choisi d’effectuer ton stage ? Quels y sont ton rôle et tes missions ?
Pendant que j’étais à la recherche d’un stage on m’a proposé un travail chez Point du Jour, une société qui produit principalement des documentaires et des grands reportages. Je suis chargée de faire des recherches et d’enquêter pour une série de documentaires historiques sur l’Italie destiné à la chaine Arte.

Comment ta candidature s’est-elle déroulée ?
Avant de commencer le master, j’avais rencontré Luc Martin Gousset – le producteur et PDG de Point Du Jour – pendant le festival de documentaires « Sunny Side ». Je l’avais revu à Paris afin de lui proposer une série de documentaires que je voulais réaliser ; finalement le projet ne s’était pas fait mais j’avais eu le temps de lui glisser mon CV, et de lui dire que j’aurais aimé collaborer également avec eux sur d’autres projets.
Presque un an après, j’ai été contacté par mail pour faire un entretien pour ce travail.

Pourquoi ce secteur, et au sein de ce secteur pourquoi cette société ?
J’ai toujours aimé les documentaires et les grands reportages. J’aime particulièrement les programmes proposés par la chaine Arte et j’ai donc passé plusieurs entretiens (à Strasbourg et à Paris) pour essayer d’y rentrer comme stagiaire.
Mais très vite il a semblé évident à mes interlocuteurs comme à moi-même que, compte-rendu de mon profil, je devais m’orienter davantage vers les maisons de production fournissant la chaine, afin d’être au plus proche de la création des programmes.

Était-ce ton vœu dès l’arrivée au Master, ou où as-tu changé d’avis entre temps ? Pourquoi ?
Ce master a été un vrai challenge pour moi : j’avais arrêté mes études depuis déjà 5 ans et il a été difficile de me remettre dans la position d’une étudiante, j’ai du rapidement me rendre à l’évidence que j’avais encore beaucoup à apprendre, spécialement lorsque les cours touchaient aux nouvelles plateformes multimédia et à la web tv dont je ne savais presque rien.
Maintenant j’ai comme projet personnel de me lancer dans la création d’une web-série, et jamais cette idée ne me serait venue sans avoir fait ce master !
Il m’a également permis d’avoir une vision beaucoup plus globale du marché de l’audiovisuel, sous tous ses aspects.

Quel retour d’expérience peux-tu nous faire à cette étape de ton stage ?
Il faut s’armer de patience et de diplomatie, trouver les mots justes et ne pas être trop sensible aux critiques quand on se retrouve tout les jours dans des bureaux. Travailler sur un documentaire de 90 min demande souvent le même travail en amont qu’un film : il faut tout savoir tout imaginer, les séquences, les réponses aux interviews, etc. La série documentaire sur laquelle j’ai travaillé avait aussi une spécificité assez unique : il s’agissait de filmer et raconter un pays vu du ciel, nous devions donc prendre en compte les changements météorologiques possibles, les permissions pour filmer du ciel en hélicoptère, jusqu’aux moucherons qui risquaient de se coller sur la caméra… Autant vous dire que ne n’était pas une mince affaire !

Quels enseignements et/ou interventions du M2 t’ont le plus apporté dans le cadre de ce stage ?
Même si je ne me sens pas du tout portée pour la matière, les cours sur les législations de l’audiovisuel et le droit d’auteur m’ont apporté des notions essentielles que je n’avais pas.
Tout les enseignants étaient des représentants de leurs métiers, et en cela ce master est unique : chaque cours nous a permis de comprendre un différent métier de l’audiovisuel en plus des notions de la matière en question. Je garde notamment un très bon souvenir des cours de négociations.

Quels conseils donnerais-tu à un étudiant voulant exercer dans ce secteur ?
Rester curieux, ne jamais s’arrêter a un seul rêve mais en créer de nouveaux en chemin… Ce secteur est en changement constant, et il faut savoir s’adapter.

Qu’espères-tu voir/faire évoluer dans ce secteur les prochaines années, et comment ?
J’aimerais voir plus de jeunes aux commandes des tendances des chaines, afin de voir les 20-35 ans mieux représentés en TV. Je suis aussi impatiente de voir se développer les nouveaux contenus sur le web.

Merci Livia ! 

Voila qui clôt un tour d’horizon des stages (d’une partie) de la promo 2016 ; on se retrouve à la rentrée avec la promo 2017 !