Communiqué de presse du 5 février 2010

Classé dans : Actu du Master | 3

Suppression du Master Pro Cinéma de Paris 1
Le Président de la Sorbonne charge le Ministère et provoque les étudiants qu’il a enfin reçus.

Depuis 9 mois, les étudiants du Master 2 Pro Cinéma, Télévision et Nouveaux Médias sollicitaient un rendez-vous auprès du Président Jean Claude Colliard de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour parler du devenir de cette formation, dont un conseil d’administration avait voté, sans concertation ni explication, la disparition pure et simple.. Décision d’autant plus absurde et contraire aux intérêts des étudiants, que le taux d’intégration professionnelle atteint les 93%, fait rarissime à l’université..

Jeudi 4 février 2010, le Président a accepté de les recevoir, une semaine après qu’ils sont venus en nombre investir son bureau pour obtenir enfin une réponse. Et celle-ci n’a manqué ni d’arrogance ni de cynisme. Le Président a expliqué aux étudiants qu’il n’était pour rien dans la disparition de leur Master, votée avant son élection (omettant alors qu’il avait voté cette décision en tant que membre du CA). Mieux : il a pour la première fois affirmé que ce « rassemblement » autoritaire, sous l’égide de l’UFR de droit (07), des deux Masters centrés sur les questions d’audiovisuel et de cinéma avait été « imposé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur »… Sic !

Le Président Colliard a ensuite défié les étudiants de convaincre le Ministère (désigné comme l’origine du scandale) d’imposer le rétablissement de leur Master dissous par le Conseil d’Administration…

Il s’est ensuite efforcé de convaincre les représentants étudiants de se résoudre à l’unique solution proposée : aller négocier avec l’UFR de Droit la présence du cinéma dans le futur Master Pro unifié sous la direction des juristes. Mais, a-t-il précisé, si les enseignants rattachés à l’UFR d’Art et Archéologie (UFR 03), refusent comme ils prétendent d’aller travailler pour ceux qui ont obtenu la suppression de leur formation, le parcours cinéma au sein du Master de Droit sera lui-même aboli !

Les étudiants demandent solennellement au Ministère de ne pas valider les maquettes bâclées envoyées par la Présidence sans la moindre concertation, et de rétablir leur Master Professionnel, supprimé parce qu’il était l’un des plus performants de l’université ! Si la LRU aboutit à l’écrasement des disciplines artistiques au bénéfice d’autres jugées plus nobles ou mieux installées, et ce par le seul jeu des manœuvres de couloir et d’appareils, l’autonomie des universités est mal partie !

Les étudiants du Master 2 Pro Cinéma, Télévision, Nouveaux médias (Paris 1).