Rencontre avec Romy Broda et Agathe Pinchon

Classé dans : Actu du Master | 6

Le vendredi 9 novembre 2012, dans le cadre du cours de Cyril Barthet sur l’économie du cinéma en France, la classe du Master Pro a reçu la visite de Romy Broda et d’Agathe Pinchon, pour une séance sur le marché de l’animation et plus spécifiquement le secteur des ventes internationales.

Avant de nous rappeler l’importance de la France dans le marché de l’animation (la France est le troisième pays producteur mondial et le premier en Europe !), Agathe Pinchon est revenue sur son parcours chez Onyx Films en tant que chargée de marketing et de développement de nouveaux projets : Le Petit Prince, Renaissance, The Prodigies… autant de projets d’animation qu’elle a accompagnés depuis les premières négociations auprès des ayant droits pour les licences, jusqu’à la promotion des films en festivals ou à la création des DVD, en passant par le long processus de création graphique. Dans ce secteur fortement internationalisé, où les talents français sont très recherchés, on constate que de plus en plus de marques mondiales sont créées et participent d’une véritable économie de l’animation, avec un merchandising très développé et l’importance grandissante du transmedia.

Aujourd’hui, forte de ses expériences et désireuse de travailler au plus proche de l’écriture, Agathe Pinchon s’est lancée dans sa propre société de production (One Again Films). Elle a déjà plusieurs projets en développement.

Puis ce fut au tour de Romy Broda de décrypter pour nous le métier de vendeur international, un métier riche en expériences culturelles, et devenu un atout précieux pour quiconque prétendant acquérir une vision globale du marché. Elle nous a fait part de sa connaissance du secteur de l’animation, acquise lors de ses expériences chez Roissy Films (EuropaCorp), chez Toon Factory, puis chez Ankama Productions.

MIPCOM – MIPTV (Cannes), MIFA (Annecy), KIDSCREEN (New York)… : Romy Broda nous a expliqué comment, dans ces  marchés internationaux, elle rencontre les différents acheteurs étrangers et négocie pour obtenir les meilleurs contrats de vente avec les sociétés d’animation et les chaines de télévision, l’idéal étant de décrocher un contrat avec les plus prestigieuses d’entre elles, telles que Cartoon Network, Nickelodeon, la BBC ou la ZDF…

A l’heure de la globalisation, où les coproductions internationales sont de plus en plus recherchées, et encouragées par les accords de coproduction, la France est notamment amenée à davantage collaborer avec des pays tels que la Chine, l’Inde ou le Canada. Mais très vite, comme nous l’ont expliqué Agathe Pinchon et Romy Broda, se posent certaines barrières de communication, inhérentes à la langue ou à la culture de chaque territoire. Comment vendre le même programme audiovisuel à la fois aux pays Scandinaves et aux pays du Moyen-Orient ? Faut-il adapter les contenus en fonction des différences culturelles pour satisfaire au mieux la demande de films de chaque pays ?

Malgré les freins culturels, le vendeur international, tout comme le producteur, doit se montrer force de persuasion et anticiper les attentes de chacun, pour s’adapter à la diversité des cultures et proposer des programmes qui plaisent au plus grand nombre et puissent se vendre à l’international.

Avec leur dynamisme et leur humour, Agathe Pinchon et Romy Broda ont su attiser notre curiosité sur ce marché plein d’avenir qu’est le marché de l’animation, et nous ont permis de mieux appréhender ses enjeux, tout en nous transmettant la passion pour leur métier !

Un grand merci à elles pour cette intervention !

 Diane Noesser