Mipcom 2014

mipcom-mexico-2014-500

Le Marché International des Contenus audiovisuels (Mipcom) s’est tenu cette semaine à Cannes. Cet événement, particulièrement attendu par les professionnels, a cette année été orienté sur l’interactivité des programmes et les besoins de l’exportation des productions et coproductions françaises.

Ainsi, parmi les séries phares présentées pendant ces quelques jours (du 13 au 16 octobre), on retrouve beaucoup de coproductions européennes, avec notamment un retour marqué des polars et thrillers scandinaves. Mais pas que. On découvre notamment le remake américain de la série désormais culte Les Revenants, originalement prénommé The Returned, alors même que ma série français avait été exportée au pays de l’oncle Sam, diffusée sur Sundance Channel, filiale d’AMC, déjà connu pour ses séries à succès (Breaking Bad et The Killing notamment).

Parmi les productions françaises, on retrouve Les Témoins, produit par France 2, qui la diffusera courant 2015, est un polar mettant en scène Thierry Lhermite dans la peau d’un ex-commissaire enquêtant sur des profanateurs de tombes. Prévu comme la série événement de la chaîne, elle est réalisé par Hervé Hadmar et écrite par ce dernier et Marc Herpoux, duo à qui l’on doit déjà la série Pigalle, la nuit, pour Canal +. Malgré la thématique de l’année (les besoins de passer à l’international), la série se focalise sur une distribution française.

Spotless, produit par Tandem Communication en association avec Canal plus, donc une coproduction franco-britannique, est un policier, qui aux dires d’Allociné, “mêlera humour noir et intrigue familiale“. Voulu comme une création originale Canal plus, la série est résolument tournée vers l’international et a déjà été tourné cet été à Londres.

En dehors même de l’importance des séries européennes, prenant beaucoup de place au sein du Mipcom, le Mexique fut à l’honneur cette année, après l’Argentine en 2013. L’Amérique latine continue de nous faire découvrir la diversité de son catalogue, avec plus de 100 000h de contenu produits au Mexique. Le pays s’avère être le premier ou deuxième (selon les années) exportateur de programmes télévisuels dans le monde. Sandra Lehner, directrice commerciale de Project Factory, qui s’est dit fan de télénovelas, y a découvert un nouveau type de série mexicaine : les narco telenovelas, où drogues, voleurs et divas font la loi.

Dans le cadre des Masterminds Keynotes, certains grands noms du milieu ont été présents, tels James Murdoch (21st Century Fox), Steve Mosko (Sony Pictures), Ted Sarandos (Netflix) et Anne Sweeney (Disney Pictures). Les acteurs français n’étaient cependant pas en reste puisque deux représentants d’Europacorp, Thomas Anargyros et Edouard de Vésine, étaient également attendus, ainsi que Katie O’Connell pour Gaumont Intl TV et Christopher Riandee pour Vice CEO Gaumont. Enfin, Night Shyamalan s’était spécialement déplacé pour présenter sa toute première série télévisée, Wayward Pines, acquise par Canal plus.

Netflix était particulièrement attendu du fait de son récent succès en France (100 000 abonnés pour le premier mois gratuit) et a annoncé l’acquisition de The Honorable Woman, la série produite par la BBC avec Maggie Gyllenhaal, en plus du lancement de la production de Tigre et Dragon 2, leur premier long-métrage. Du côté français, Taxi Brooklyn, inspirée de la célèbre trilogie marseillaise de Luc Besson, sera sous peu disponible sur Netflix (uniquement pour les I.P. américains) en partenariat avec EuropaCorp. Par ailleurs, le géant américain de la SVOD annonce déjà une seconde saison prévue pour Marseille, sa série française, et se dédouane ainsi d’avoir fuit le sol de l’Hexagone pour éviter d’avoir des obligations de financement sur les œuvres de fiction nationales.

Furent mis en avant durant ces quelques jours : le succès grandissant des jeux interactifs, sur lesquels beaucoup de chaînes comptent miser. Les jeux en général reviennent en force mais ce sont ceux prenant le public, spectateur ou téléspectateur, à parti, comme The People’s Choice, Decimate ou 500 questions, qui comptent le plus grand taux d’audience. Bertrand Villegas, directeur associé de The Wit, agence de veille audiovusuelle internationale, parle de “quizz classiques, mais avec des mécaniques visuelles et des gimmicks forts“. On doit cependant compter avec la déception relative du succès pourtant attendu de Rising Star, compétition musicale interactive diffusée sur M6.

L’international prend de plus en plus d’importance dans les dispositifs de productions télévisuels. On apprend grâce à cette thématique annuelle que Lagardère Entertainment va ouvrir à Singapour une structure de production pour le marché asiatique, avec un partenaire local. Idem pour le marché africain. Mais encore aujourd’hui, Canal + reste le seul principal producteur et diffuseur de fictions françaises à l’étranger, les autres sociétés peinant à s’exporter.

La délinéarisation des programmes, aidée par la conjoncture actuelle, fragilise la production et amène à de nombreux achats et fusions de producteurs et diffuseurs. On s’attend surtout à un prochain rapprochement de Shine et d’Endemol, alors que Discovery a racheté le producteur britannique All3media et que Disney s’est offert Maker Studios, un opérateur de chaînes sur YouTube.

Par Claire Lefranc.