Comment la shortcom humoristique est devenu le fer de lance de M6

Classé dans : Actu du Master, Actu Télévision | 0

Toujours plus de fictions avec Jean-Pierre Dusséaux ! Ce jeudi 20 octobre 2016, Yann Goazempis, directeur du pôle fiction et humour de M6, est venu à la rencontre de notre promotion.

Au sein du groupe M6 depuis maintenant 20 ans, Yann Goazempis a notamment travaillé pour des divertissements cultes de la chaîne (Graîne de star ou Morning Live) avant de s’illustrer dans la fiction courte. En effet, créée en 1987 et considérée à l’époque comme « une chaîne en trop », la sixième chaîne a dû redoubler d’efforts dans tous les domaines pour se démarquer. Cette stratégie de contre-programmation sera donc de mise dans la politique de la chaîne concernant la fiction. Grâce à ses shortcom humoristiques, la chaîne va réussir son pari.

Alors que le « sacro-saint » JT occupe la case du 20h chez les plus grandes chaînes, M6 va distinguer en diffusant à partir de 2001 la série Caméra Café. Créée par Yvan le Bolloc’h, Bruno Solo et Alain Kappauf, ce programme culte remporte un franc succès et rassemble à l’époque en moyenne 4 millions de téléspectateurs. Adaptée dans une vingtaine de pays étrangers, Caméra Café s’arrête en 2003. Par la suite, M6 continue sa collaboration avec CALT Production en diffusant dès 2005 Kaamelot, créée par le talentueux Alexandre Astier. Là encore, le succès est au rendez-vous, avec près de 5 millions de fidèles qui suivent les péripéties du roi Arthur jusqu’en 2009.

Toutefois chaque création ne trouve pas toujours son public. Fort de son succès avec Caméra Café, M6 décide de revenir avec un dérivé de la série La boîte du dessus. Hélas, « les nouveaux » Hervé Dumont et Jean-Claude Convenant n’arrivent pas à convaincre le public… Face à la chute libre des audiences, et le mécontentement des téléspectateurs, la série sera interrompue 3 mois plus tard ! Par ailleurs, après un accueil mitigé de la première saison de Péplum qui a trop souffert de sa comparaison avec Kaamelot, la série humoristique aura droit à une seconde saison… mais sous un autre format ! Au lieu des 26 minutes initiales diffusées en prime-time, Péplum revient sous un format beaucoup plus court avec des capsules de 3 minutes 30 et le casting du programme restant identique.

Aujourd’hui, M6 est loin d’avoir abandonné le genre avec ses fameuses Scènes de ménages qui rassemblent depuis 2009 4 millions de téléspectateurs. Devenue la chaîne emblématique de la fiction courte humoristique, Yann Goazempis explique que ce succès n’est pas dû au hasard. En effet, le triomphe des séries courtes du groupe M6 est dû à la qualité d’écriture, mais surtout à la pertinence du casting de ces dernières. Faire rire n’est pas chose facile et la rigueur doit être de mise, notamment dans la caractérisation des personnages, qui sont la clé de voûte d’une série réussie. Par ailleurs, la chaîne est devenue en quelques années un véritable viviers de talents et a révélé au grand public des figures emblématiques du cinéma et de la télévision.

Qu’en est-il de l’avenir ? Alors que la création de fiction est en plein essor chez les chaînes historiques françaises, M6 entend bien se faire une place dans ce nouvel horizon et réinvestir la case prime-time avec ses créations de fictions longues. Tout en conservant ce qui fait le cœur de son ADN, soit le genre de l’humour, la chaîne compte bien surprendre ses téléspectateurs avec du polar et du thriller, avec notamment l’adaptation du roman Glacé de Bernard Minier, et La Faute actuellement en développement avec Sydney Gallonde. On a hâte !