Pierre Abouchahla, ou comment la presse professionnelle peut survivre

Pierre Abouchahla, ou comment la presse professionnelle peut survivre

Dans le cadre du cours entrepreneurial de Cyril Barthet, la promotion 2016/2017 du Master DMC a eu la chance d’accueillir comme premier intervenant Pierre Abouchahla, directeur du développement de la revue de référence Écran Total.

Il y a 3 ans, Pierre et son père Michel, ancien directeur des Échos, décident de reprendre une revue certes reconnue dans le métier pour ses chiffres et la qualité de ses analyses, mais vieillissante dans son modèle et surtout… déficitaire. Le leitmotiv business de Pierre Abouchahla est simple : “greed is good” – comprenez que l’appât du gain doit être la motivation originelle d’un entrepreneur. Pierre nous a exposé ses motivations pour entreprendre, et la façon par laquelle lui et son père en étaient venus à investir dans cette revue professionnelle historique du secteur audiovisuel et cinéma.

Le potentiel d’Écran Total était déjà perceptible au moment du rachat, et l’équipe de la revue a su moderniser son offre tout en offrant une cure de jeunesse 2.0 aux contenus (la revue n’avait pas de site web jusqu’en 2013 !). Le graphisme change, les supports évoluent, mais l’hebdomadaire conserve son aura et plus important, ses abonnés. L’entreprise de taille moyenne s’assume aujourd’hui comme l’un des papiers de référence chez les professionnels du cinéma, de la télévision et même de la musique, en étendant ses sujets vers d’autres domaines de l’industrie culturelle.

Il nous a également exposé son obsession de la saine gestion, s’appuyant sur des exemples concrets, mais également toute la place qu’un titre comme Écran Total devait occuper dans l’environnement digital.

Il a enfin abordé ses perspectives pour l’avenir, qui passent par l’incubation et le développement de start-ups innovantes, que la légitimité du titre auprès des professionnels de l’audiovisuel pourrait fortement contribuer à propulser.

La démarche de ce jeune entrepreneur est une démonstration claire que l’avenir du secteur ne tient pas uniquement sur la création d’entreprises, mais aussi dans la modernisation et la digitalisation de sociétés déjà existantes. De quoi donner des idées à beaucoup d’entrepreneurs…